Biologique

Dans notre ferme nous avons opté pour une gestion naturelle, tout au long de la chaîne de production.

Cela veut dire de notre base (la terre) jusqu’`a la vente de nos fromages. Nos expériences nous ont appris que moins on intervient, plus cela favorise la saveur de nos fromages. Pour donner quelques exemples :  Nous n’utilisons pas les engrais chimiques, les herbicides et pesticides, les vitamines synthétiques, le sel raffiné, les concentrés OGM, le chlorure de calcium, l’acide nitrique et la natamycine. Pendant la fabrication du fromage nous préférons garder les différentes étapes aussi simples que possible : il n’est question ni d’homogénéisation, ni d’écrémage, ni de thermisation/pasteurisation, ni de bactofugation.

Afin de répondre à des questions sur notre méthode de travail, nous avons demandé à nos clients de poser leurs questions. Voici les Q et R

Q(uestions) & A(nswers)
  1. Aucun antibiotique n'est-il utilisé à la ferme

    Mais si. C’est une idée erronée de croire que les entreprises bio ne peuvent pas utiliser les antibiotiques. Mais il y a bien une différence avec les fermes laitières traditionnelles. Au fond il n’y a pas de désavantages dans l’utilisation d’antibiotiques, si l’on s’en sert de manière responsable. Nous n’en utilisons que lorsque la vache ne peut pas s’en passer, par exemple après une opération. A notre avis il faut soigner un animal pour qu’il puisse guérir.

    Si un animal utilise un produit antibiotique, le lait de cette vache ne sera pas utilisé pendant une période prolongée, qui est bien plus longue que celle qui est obligatoire dans les fermes laitières traditionnelles. Cela nous coûtera de l’argent, malheureusement, mais nous aurons une vache saine et heureuse.  

  2. Le goût du fromage changera-t-il lorsque vous avez le label bio?

    Une réponse claire : Oui, la saveur du fromage qui est fabriqué à base de lait cru naît avec l’alimentation de nos vaches, donc avec les pâturages. Ils constituent la base, le fond de la saveur. Dans nos pâturages il y a des trèfles et différents types d’herbes. Cela ne profite pas seulement aux insectes mais aussi à nos vaches. Les herbes sont des médicaments naturels pour les vaches. Les vaches savent elles-mêmes lesquelles manger et quand.

  3. Est-ce que vos concentrés proviennent de l’Amérique du Sud, par exemple?

    Non, nos concentrés ne proviennent pas de l’Amérique du Sud . Le maïs et le soja qui ne proviennent pas de l’Europe sont presque toujours OGM, pour qu’ils puissent supporter le glyphosate ( Round-Up) Ce poison est largement utilisé dans le monde entier avec de graves conséquences pour les insectes et pour l’environnement . En donnant un concentré bio à nos vaches nous évitons que le poison n’entre dans notre chaîne alimentaire.

  4. Est-ce que la gestion bio a un avenir ? Le monde ne sera pas bien nourri, si tout est entièrement bio.

    En dehors de la discussion qui porterait sur la question si cela est oui ou non possible, nous croyons que chaque individu peut faire la différence. Nous aussi, donc!  Nous croyons que nous pouvons utiliser notre bout de terre, sans l’épuiser. En travaillant d’une manière naturelle dans toute notre chaîne de production, l’impact sur la nature est réduit. Heureusement il y a une place pour les produits bio aux Pays-Bas et les consommateurs préfèrent de plus en plus les alternatives bio. Nous croyons qu’il y a de bonnes possibilités pour les produits bio à l’avenir.

  5. Est-ce que les veaux restent auprès de leurs mères?

    Oui, aussi longtemps que possible. Voici le point faible de l’agriculture laitière, en général. Dans un monde idéal le veau serait élevé auprès de sa mère, mais dans ce cas-là nous les premiers problèmes ne se feraient pas attendre : pour donner un exemple : la traite des vaches se fait deux fois par jour, dans la salle de traite ou plusieurs fois par jour quand il y a un robot. Si chaque vache amène son veau, il n’y a pas assez de place pour les animaux et il va arriver des accidents. Il y aura aussi des accidents dans une étable à logettes. Le plus souvent il s’agit alors de piétinement et écrasement du veau. L’image négative que donnent les médias qui prétendent que le veau boirait tout le lait de la mère et qu’il n’en resterait plus pour la vente, n’est pas correcte et démontre que beaucoup de gens sont mal au courant.
    Cependant, notre nouvelle étable bio, où nous allons traire nos vaches, a été conçue spécifiquement pourque le veau puisse rester plus longtemps auprès de sa mère. Près du robot il y a une aire ronde, avec une litière de paille. Depuis cet endroit la mère peut procéder au robot, avec priorité et le veau ne pourra pas l’accompagner ; après la traite la mère rejoindra son veau. Cette partie de l’étable est ouverte au public.

  6. Est-ce que vos fromages sont plus chers maintenant qu’ils ont le label bio?

    Oui, le prix du fromage a augmenté d’environ € 1,50 le kilo. Cela est nécessaire, entre autres parce que nous pourrons faucher moins d’herbe. ( nous avons besoin de plus de  pâturages ).  La cause en est que nous n’utilons pas d’engrais chimique et que nous pouvons épandre moins de fumier organique qu’avant. Le choix d’un concentré plus sain influence aussi le prix du fromage, mais comme toute la chaîne est gérée par nous-mêmes, le prix reste très abordable.

  7. Vous avez toujours réussi à vendre tous vos fromages ; à quoi bon devenir bio ? Cela ne va-t-il pas rendre les choses plus difficiles et complexes pour vous?

    Cette nouvelle manière de gestation de notre ferme nous convient. Nous cherchons toujours de nouveaux défis. Nous n’aimons pas choisir les moyens les plus faciles. Nous avons choisi cette route tous les 4 (Rien, Teunie, René en Sander) et nous comptons en faire un succès, avec nos clients.

  8. Où pouvons-nous acheter vos fromages?

    Aux Pays- Bas : dans le magasin de notre ferme, le supermarché Jumbo à Oudewater, et dans les fromageries de la région. Une grande partie est vendue à l’étranger, surtout en Allemagne et en Autriche.

  9. Comment savoir que la gestion bio est vraiment bio?

    Nous sommes contrôlés par le SKAL ; l’organisation qui supervise et certifie les entreprises bio et la qualité de leurs produits. C’est la Commission Européenne qui détermine les règles et normes pour les entreprises bio. Le label bio européen n’est attribué que si un produit satisfait à tous les critères.

  10. Est-ce que bio implique aussi une amélioration du bien-être des animaux?

    C’est ce que l’on pense souvent, mais il s’agit de deux choses distinctes. Dans l’agriculture laitière traditionnelle les vaches vont aussi dans les pâturages et on y trouve aussi des brosses à vaches dans les étables. Le bien-être des animaux dépend des actions du fermier.

Vous ne trouvez pas la réponse à votre question?

Nous avons fait de notre mieux sur cette page pour donner une réponse claire à la plupart des questions posées. Votre question ne figure pas ici ou souhaitez-vous plus d’informations?

Remplissez le formulaire à droite et nous essaierons d’y répondre dans les meilleurs délais.

  • 3 + 92 =